presse tablette

Dans la presse en 2016

Marine Martin : "Il y a potentiellement bien plus de victimes qu’avec le Médiator"

le dauphiné 

face au scandale sanitaire qui touche les fœtus et met en cause le laboratoire Sanofi et les autorités sanitaires

Peut-on parler de scandale sanitaire ?

Oui, un gros scandale. Car il y a potentiellement bien plus de victimes par exemple qu’avec le Médiator. Cet antiépileptique est donné depuis 50 ans ! Dès les années 1980, de nombreuses études ont montré qu’il était tératogène (dangereux pour le fœtus) pour les femmes enceintes. Le corps médical savait mais minimisait voire était dans le déni car c’est un antiépileptique efficace.

Quelles avancées avez-vous obtenues ?

Nous nous battons pour obtenir une amélioration de l’information avec un logo “interdit aux femmes enceintes”. Nous voulons un fonds d’indemnisation des victimes. Le ministère a pris la mesure du désastre mais Sanofi se cache derrière l’autorisation de mise sur le marché délivrée par l’État et nous craignons, qu’au final, le laboratoire ne soit pas mis en cause et que l’État endosse tout.

Et la prochaine étape ?

Un nouveau chiffrage du nombre de victimes par l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) devrait être dévoilé en juin. Dans les mois à venir devrait ouvrir à Lyon le premier centre de dépistage de France. Il nous faut des diagnostics car trop de médecins passent encore à côté. Nous voulons aussi que ce diagnostic soit fait dans les centres de ressources “autisme”, l’un des symptômes des enfants Dépakine.

 

Source : le dauphine